· 

Restaurant Le Métropolitain, le goût est dans l'assiette (Paris 4ème)

Après avoir déambulé dans la trop bruyante rue de Rivoli, j’ose m’aventurer dans les ruelles du Marais. Il est bien sympathique ce quartier avec tous ces petits restos… difficile de faire un choix. Tel un taureau attiré par la cape du matador, je tombe en arrêt devant une belle devanture en bois rouge. Un rapide coup d’œil à l’ardoise, qui propose un menu déjeuner à 19 € (plat + café gourmand), fini de me convaincre. La porte tout juste poussée, qui vois-je dans les cuisines situées sur la gauche ? 

Mais c’est bien lui, Paul-Arthur Berlan ! Mais si rappelez-vous, il avait terminé demi-finaliste de l’émission Top Chef 2011, l' édition remportée par Stéphanie Queffelec aujourd’hui chef étoilée pour La Scène au Prince de Galles. Revenons-en à nos moutons ou plutôt à notre Carcassonnais de chef. Tables en bois, affiches publicitaires au mur… tout ça sent bon le bistrot parisien. Et ce n’est pas la carte qui va me contredire : terrine de gibier à plumes & mini concombres pickles, œuf mollet/chorizo/girolles, épaule de porcelet, cassoulet, poire rôtie/chantilly panais… on dirait bien que le chef oscille entre tradition et renouveau.

Je me laisse tenter par la formule déjeuner à 19 € (plat du jour et café trop gourmand) et Monsieur Marmotte, qui pour une fois est de la partie, opte pour un cassoulet traditionnel languedocien (22€), le tout arrosé d’un verre de Quincy blanc (6€). Pour le plat du jour Paul-Arthur propose des calamars/chorizo et fregola sarda. L’assiette de calamars, proposés en deux cuissons, est joliment dressée. Les fregola sont bien arrosées de jus, des petits cubes de tomate et des herbes fraîches viennent apporter un peu de couleur. Les cuissons sont parfaites, le jus est bon. Le plat aurait été parfait avec quelques morceaux de chorizo en plus !

Pendant que je me délecte de mes calamars, Monsieur s’attaque au Cassoulet. Après maintes négociations, Monsieur m’autorise à goûter ! Je ne vous cache pas que j’attends un sans faute de ce chef né au pays du cassoulet et formé chez Michel Sarran à Toulouse. Le moins que l’on puisse dire c'est que le chef est généreux : belle cuisse de canard, carottes, morceaux de saucisses, haricots lingots… la cassole est pleine à ras bord. Comme je m’y attendais, c’est un sans fausse note. La cuisse de canard est tendre, salée comme il faut, les haricots fondants avec juste une pointe de croquant…

 

Malgré un ventre légèrement tendu, j’accueille avec délice le café trop gourmand de Paul-Arthur. Au programme des réjouissances : brownie, figue rôtie avec tuile de fromage blanc et Paris-Carcassonne. Réalisé à partir de noisettes issues d’un petit village languedocienne, le Paris-Carcasonne est une belle revisite allégée du célèbre Paris-Brest. La figue rôtie est bonne mais ne me met pas les moustaches à l’envers contrairement au brownie réalisé avec des noisettes entières caramélisés. 

L’accueil/service 8,5/10  : Ambiance cosy - Service sympathique - Tables un peu trop proches les unes des autres comme souvent à Paris.

La cuisine 9/10 : Paul-Arthur maîtrise les classiques tout en leurs apportant une note contemporaine, produits frais.

Le rapport qualité/prix 8,5/10 : Le menu déjeuner est plus que correct pour la capitale. A la carte les prix sont ceux pratiqués dans le quartier.

Note globale 8,6/10 : Une bonne adresse bistronomique dans le marais.

 

Métropoliatin

8 Rue de Jouy, 75004 Paris

Réservations au 09.81.20.37.38 ou en cliquant ici